Vous êtes ici : Capsule Compatible Nespresso » Capsules Nespresso » Comment Nestlé* et Nespresso*, en concurrents aigris, essaient de faire passer les capsules Ethical Coffee Company pour de « vulgaires génériques », « Ersatz », voire des « imitations » ou des « copies »…
Comment Nestlé* et Nespresso*, en concurrents aigris, essaient de faire passer les capsules Ethical Coffee Company pour de « vulgaires génériques », « Ersatz », voire des « imitations » ou des « copies »… | Capsule Compatible Nespresso

Comment Nestlé* et Nespresso*, en concurrents aigris, essaient de faire passer les capsules Ethical Coffee Company pour de « vulgaires génériques », « Ersatz », voire des « imitations » ou des « copies »…

26 Oct

Désagréable de se faire doubler, et surtout de le reconnaître.

Les capsules Ethical Coffee Company, compatibles avec les machines Nespresso*, représentent une avancée majeure dans le domaine de l’espresso en capsules ou dosettes.

L’un de nos concurrents n’arrive simplement pas à l’admettre. Il semble y avoir comme un « blocage psychologique »… En effet, appeler volontairement « générique » un produit différent et supérieur à son propre produit tient soit de la projection (en psychologie), soit du déni de vérité, ou d’autres syndromes plus graves. Notre domaine est le café, pas la psychologie. Nous ne pouvons malheureusement rien faire pour nos concurrents dans ce domaine.

Concernant le café et l’avance de notre capsule, vous en avez la preuve ci-dessous :

On voit ici clairement que les conceptions des deux capsules sont totalement différentes.

Tout d’abord, la capsule ECC est uniquement composée de matériaux biodégradables, certifiés par la norme EN13432. La capsule Nespresso contient un mélange de matériaux connus indiscutablement comme polluants. De plus, le mélange des matériaux rend, dans la réalité, le recyclage beaucoup plus difficile, voire également polluant.

Par ailleurs, la conception de la capsule Nespresso est « ancienne ». Pour être précis, elle date de 1991. Dans ce type de technologie, il est clair que les choses vont moins vite que dans l’électronique par exemple. Néanmoins, une conception qui date de 20 ans peut être très raisonnablement considérée comme « dépassée », et ceci pour les raisons suivantes :

La technologie Nespresso* utilise tout d’abord des matériaux « de l’époque ». En bref, de l’aluminium, connu pour être hautement polluant, et dans le cas présent quasi non recyclable (recyclable s’entend ici non pas en terme d’alibi marketing, mais de recyclage diminuant les émissions de gaz à effet de serre, premiers responsables du réchauffement terrestre et des changements climatiques).

L’ajout d’un joint en silicone, matière très polluante, ainsi que l’ajout d’un joint synthétique au sommet de la capsule viennent encore alourdir les émissions de gaz à effet de serre (GES).

La dynamique d’extraction du café est également « ancienne » : le café est appuyé contre une membrane en aluminium qui se perfore sur toute sa surface sous l’effet de la pression.

Ce type d’extraction ne satisfait pas aux recommandations de qualité mentionnées dans la bibliographie du domaine de l’espresso, principalement le livre écrit par MM. Illy et Viani, la « Bible » du domaine.Cet ouvrage de référence définit une durée d’exposition de l’eau chaude au café entre 22 et 28 secondes pour une petite tasse. Une extraction plus rapide nuit à la qualité, toujours selon Illy et Viani (le Dr. Viani est un ancien employé de Nestlé).

En bref, la capsule Nespresso est un système ancien qui certes a fait ses preuves mais qui est devenu obsolète. Comme dans d’autres domaines, les avancées technologiques ont remplacé les « anciens systèmes ayant fait leurs preuves ».

La technologie ECC a été développée entre 2008 et 2010. Il s’agit donc d’une technologie totalement récente.

La capsule ECC est composée de plusieurs éléments tous biodégradables, qui comme la capsule entière ont obtenu la norme EN13432, la plus exigeante en la matière. Le compost obtenu à partir de la capsule est un compost de haute qualité.

Concernant le café, sans trop s’étendre sur la technique, on voit dans le dessin ci-dessus que la capsule est munie d’une « membrane » ( biodégradable). Cette membrane occasionne le « pop » que vous entendez lorsque vous utilisez une capsule.

La résistance à l’éclatement (« pop ») de cette membrane est soigneusement calibrée pour reproduire de la façon la plus fidèle possible le geste « ancestral » du Barista italien.

Si vous voyez un Barista italien à l’œuvre dans un bar de haute qualité en Italie, vous le verrez donner tout d’abord un « coup de bélier » avec le levier de sa machine (l’effet « pop »), et ensuite descendre le levier de la machine lentement (entre 25 et 30 secondes), jusqu’à sa fin de course.

Si vous demandez à ce même Barista expérimenté s’il est possible de faire un vrai espresso à l’italienne en 15 secondes, il éclatera de rire et vous expliquera. Faites-le, c’est intéressant.

En bref, sans entrer dans plus de détails, la capsule ECC reproduit fidèlement la vraie extraction à l’italienne. Nos concurrents en sont encore loin. C’est peut-être là la raison de leur « amertume ».

Concernant le café lui-même, notre modèle est très simple. Pas de TV, pas de stars, pas de boutiques « Byzantines », pas de magazine en papier glacé. Chez ECC, tout l’investissement est dans le café.

En effet, nous faisons confiance au consommateur. Nous sommes convaincus qu’il sait reconnaître par lui-même un vrai espresso et son goût. Ceci d’autant plus que les coûts liés à un « café marketing » doivent bien être répercutés quelque part sur le prix final de la capsule.

Chez ECC, nous achetons les meilleurs cafés au monde. Nous ne partageons pas le discours marketing de Nespresso qui dit acheter le 1% du 1% des récoltes de café de la meilleure qualité.

Ceci tient du « baratin marketing » primaire. Tout expert pourra confirmer que le café s’achète comme dans une bourse d’actions et que l’on ne peut pas « choisir le 1% du 1% ».

Le « Gringo » n’a existé que dans la publicité… On nous prend pour des naïfs.

ECC achète simplement les meilleurs cafés, sans essayer de le prouver par des formules aussi creuses qu’invérifiables… Marketing, quand tu nous tiens.

Nous faisons bien sûr du marketing. Nous le faisons avec une formule simple : offrir la meilleure qualité de produit au consommateur et ceci de façon efficace, soit pour moins cher, en économisant sur le marketing classique et sur le mode de distribution.

Nous pensons que l’ère du café marketing est en train de s’estomper. En effet, la période où le café en capsule était une nouveauté dans le domaine est terminée depuis plus de 10 ans.

Si certains n’ont pas voulu, ou pas pu évoluer, ou n’ont simplement pas tenu compte du fait que le consommateur veut maintenant acheter intelligent tout en préservant, si possible, la planète de ses enfants, c’est leur problème.

Chez ECC, nous nous concentrons uniquement sur la qualité de nos produits et sur le meilleur impact possible sur l’environnement. Pas de sacrifice à faire pour le consommateur. Au contraire, la haute qualité lui coûte ainsi moins cher.

Merci de votre fidélité.
Jean-Paul Gaillard

PS : Vu que notre concurrent a été dépassé, il a tendance à multiplier la communication de type «greenwashing» au travers de sites tels que Ecolaboration*, AAA*, Rainforest* etc…

De plus, la tendance est de redoubler la communication sur des éléments alibis comme le recyclage, le supposé bonheur des planteurs de café, l’épanouissement des fermiers etc… Certains pensent sans doute que le consommateur est dupe de tout ce bla-bla. Nestlé* se préoccupe autant de l’épanouissement des fermiers que des orangs outangs (il a fallu Greenpeace* pour qu’ils s’en préoccupent…).

* Marques appartenant à des tiers n’ayant aucun lien avec Ethical Coffee Company

Blog de JP GALLARD

 

8 Responses to “Comment Nestlé* et Nespresso*, en concurrents aigris, essaient de faire passer les capsules Ethical Coffee Company pour de « vulgaires génériques », « Ersatz », voire des « imitations » ou des « copies »…”

  1. André 5 novembre 2011 at 6 h 24 min #

    Ok, les capsules Nespresso sont peu écologiques, mais si on se place au niveau du goût du café, il n’y a pas photo… J’ai effectué une dégustation à l’aveugle avec des amis et c’est toujours le café Nespresso qui a été vainqueur!!! Les dosettes écologiques n’offrent pas la même onctuosité, la mousse ne se forme pas (ou du moins disparaît très vite) et franchement, les différents cafés qu’offre ECC sont tout simplement « pas bons », pour rester poli…

  2. ECC 12 novembre 2011 at 21 h 25 min #

    Les test officiels, (en Suisse aussi) disent le contraire. Saldo.ch

    Dont acte.
    ECC

  3. Julien Webmaster 13 novembre 2011 at 12 h 20 min #

    Vous pouvez m’envoyer l’article de Saldo?

  4. Franck Master 20 mars 2012 at 12 h 38 min #

    Si le nespresso vous semble meilleur, c’est simplement parce qu’ils ajoutent des exhausteurs de gouts et des additifs addictifs comme le font un tas d’autres comme un des pires Ferrero avec ses kinder et autre nutella.. Certes du gout mais que du faux et pour ceux qui n’ont pas de gout.

  5. Jerome 29 mars 2012 at 18 h 09 min #

    @Franck Master

    Pourriez-vous dire d’ou viennent vos informations concernant l’ajout d’exhausteurs de gout et d’additifs « addictifs » dans les capsules Nespresso ?
    Travaillant en agro-alimentaire je peux vous affirmer que la législation impose l’indication sur les emballages des produits d’addition (que se soit les exhausteur de gout, arômes, colorant ou agent de texture..).
    Personnellement, je vois mal le groupe Nestlé risquer un scandale ou une class action pour tromperie aux US vu les sommes investies en marketing…qui plus est sachant que l’absence d’additif est mis en avant dans la FAQ du site nespresso…ce serait un suicide commercial…

  6. Julien Webmaster 30 mars 2012 at 9 h 53 min #

    Jérôme, n’y a t’il pas une législation où en dessous d’un certain seuil d’additif on est pas obligé de les déclarer?

  7. Alain Curchod 4 mars 2013 at 1 h 23 min #

    l’article ci-dessus est très informatif pour un lambda et fournit des points de comparaison, des éléments de réflexion qui méritent d’être considérés.
    par contre, sur la forme, cet article gagnerait beaucoup à utiliser d’autres caractères imprimerie, car ce « font » est proprement illisible

  8. Jérôme 2 février 2014 at 15 h 09 min #

    Le problème de nespresso c’est l’aluminium. C’est dangereux pour la santé surtout mélangé à l’acidité du café. M. GALLARD je vous invite à recentrer votre communication sous cette angle là. C’est même un vrai problème de santé publique à mon sens. Personnellement je n’accepte jamais un nespresso pour cette raison et j’utilise vos capsules pour cela. A votre disposition pour en discuter ou même vous aider.

Leave a Reply