Vous êtes ici : Capsule Compatible Nespresso » Capsul'in » Dosette : la capsule à remplir soi-même
Dosette : la capsule à remplir soi-même | Capsule Compatible Nespresso

Dosette : la capsule à remplir soi-même

17 Mai

La dosette de Nespresso en kit, vous connaissez ? Après Maison du Café et Casino, qui lancent ce mois-ci des capsules de café compatibles avec les machines Nespresso, un troisième concurrent vient chasser sur les terres de la filiale la plus rentable de Nestlé.

Ne-Cap, une start-up espagnole de quinze personnes, commercialisera le mois prochain en France ses propres dosettes. Différence majeure par rapport aux autres: ses capsules sont vendues… vides ! C’est au consommateur de les remplir et de les assembler. Pour commencer, il doit oter l’anneau de papier qui protège la partie autocollante de la dosette. Ensuite, il remplit cette dernière de cinq grammes de café moulu pour expresso, à acheter séparément. L’amateur de café doit encore fermer la dosette en collant un petit couvercle en aluminium avant de l’introduire dans la cafetière Nespresso. La manœuvre peut sembler fastidieuse. «En 10-15 secondes, on a réalise sa propre capsule, assure Olivier Brivois, responsable de Ne-Cap en France. Cela laisse le temps de faire chauffer la machine».

Une opportunité pour les torréfacteurs

Aux seize «grands crus» vendus par Nespresso, Ne-Cap oppose une «infinité de choix pour les consommateurs », selon Olivier Brivois. Pour percer en France, la société espagnole s’appuiera sur un réseau de 850 torréfacteurs et brûleries. Ceux-là ont beaucoup souffert du succès phénoménal de Nespresso. Certains torréfacteurs ont perdu jusqu’à 50 % de leur clientèle. Sceptiques au départ face à cette nouvelle dosette, ils voient désormais l’entreprise espagnole comme une opportunité de reconquérir le marché des amateurs d’espresso.

Ne-Cap assure proposer à ces derniers une solution moitié moins chère que Nespresso, dont chaque dosette est vendue 0,33 euro. La boîte de 100 capsules Ne-Cap, fabriquées entre Malaga (Espagne) et Shenzhen (Chine), coûte 9,95 euros. Avec cinq grammes de café torréfié (sept centimes en moyenne dans les brûleries), chaque tasse d’expresso revient donc à environ 17 centimes.

Avec ses capsules en plastique non réutilisables mais recyclables, Ne-Cap espère prendre 5 % d’un marché estimé à près de 500 millions d’euros et vendre 50 millions d’exemplaires d’ici à un an. En Espagne, où ses capsules sont vendues depuis six mois en grandes surfaces et sur Internet, l’entreprise en a vendu six millions. L’idée est née à Malaga en 2009 dans l’atelier d’Ivan Sierra Montoya, un ingénieur électronique de 35 ans. Après avoir passé des heures à démonter des machines Nespresso, il planche un an sur la fabrication des capsules, en prenant soin de contourner les brevets de Nespresso. Sa famille apporte un million d’euros au capital de l’entreprise. Aujourd’hui encore, le fondateur – qui a repoussé les avances d’investisseurs asiatiques – reste le seul actionnaire.

Par Keren Lentschner LEFIGARO

No comments yet

Leave a Reply