Vous êtes ici : Capsule Compatible Nespresso » Capsules Nespresso » Ethical Coffee renonce à vendre ses capsules
Ethical Coffee renonce à vendre ses capsules | Capsule Compatible Nespresso

Ethical Coffee renonce à vendre ses capsules

6 Juil

L’entreprise ECC qui a obtenu la fin du monopole de Nespresso jette l’éponge, dépassée désormais par la concurrence.

 

Spécialisée dans la distribution des dosettes de café biodégradables, Ethical Coffee Compagny (ECC) a décidé de se retirer du marché des capsules de café, révèle le quotidien Le Temps. L’entreprise valdo-fribourgeoise était pourtant celle qui avait obtenu la fin du monopole de Nespresso. Elle était en guerre depuis près de 10 ans contre la marque de Nestlé.

La société, dont le siège est à Fribourg, se donne 6 mois pour écouler sa production, a-t-elle indiqué. La vente de capsules n’est plus assez rentable, explique le fondateur de la marque Jean-Paul Gaillard au journal. «Tout le monde s’est mis à faire du café en capsule. En France, on atteint un prix de 10 centimes d’euros l’unité. Les marges ne sont plus suffisantes.»

Site déserté

Le site de production de l’entreprise à Villa-la-Grand, en Haute-Savoie (F), a perdu les trois quarts de ses employés, indique le quotidien. L’usine, conçue pour accueillir 200 ouvriers n’en compte plus qu’une quarantaine pour une surface de 8000 m2.

Pourtant, souligne Le Temps, Ethical Coffee se donnait en 2015 trois ans pour dépasser Nespresso sur le marché suisse. Mais Nestlé a tout fait, selon Jean-Paul Gaillard, pour mettre des bâtons dans les roues de sa société. Il estime que ECC aurait pu, sans cela, dépasser 500 millions de chiffres d’affaire, avec une marge de 30%.

Une longue bataille

Nestlé et ECC s’affrontent sur le terrain juridique depuis plus de 10 ans. Le géant veveysan avait réussi à faire interdire pendant près de 4 ans, les capsules de son concurrent en Suisse. La société valdo-fribourgeoise se bat désormais aux USA où il a déposé en mars 2016 une plainte contre Nestlé pour violation des lois antitrust. But: récupérer 2,4 milliards de francs pour violation de brevets et dommages commerciaux.

A noter que si ECC renonce au café au capsule, la marque ne va toutefois pas disparaître. C’est en tout cas ce que précise son directeur, qui promet l’arrivée d’un nouveau produit «qui marquera un réel pas en avant dans l’industrie». Mais il n’en dit pas plus, invoquant le secret des affaires. (nxp)

Créé: 06.07.2017, 09h15 24heures.ch par Christine Talos

No comments yet

Leave a Reply