Vous êtes ici : Capsule Compatible Nespresso » Capsules Nespresso » Scoop raté : non, les cafés Nespresso ne sont pas bourrés d’aluminium
Scoop raté : non, les cafés Nespresso ne sont pas bourrés d’aluminium | Capsule Compatible Nespresso

Scoop raté : non, les cafés Nespresso ne sont pas bourrés d’aluminium

4 Juil

Sortir un bon gros scoop sur une multinationale, de préférence très connue du grand public, et positionnée sur un marché sulfureux (mettons la vente d’armes ou l’agroalimentaire), c’est le rêve de tout journaliste qui se respecte.

Alors quand, au hasard d’une sortie mondaine, un informateur bienveillant s’approche pour donner un tuyau, on l’écoute les yeux écarquillés, incrédule d’avoir eu tant de chance que Saint Albert Londres mette cette personne sur notre route.

« Ecoute, j’ai bossé sur un plan de communication pour Nespresso, il y a quelques années » susurre, mystérieux, l’inconnu bien intentionné.

« C’est à cette occasion que j’ai rencontré un ingénieur qui m’a dit que le café Nespresso est plein d’alu. »

Le labo fait tomber le verdict (qui fait mal)

Bon sang, mais c’est bien sûr : quand la dosette est perforée, il y a forcément un peu du métal de l’enveloppe qui se retrouve dans la boisson ! Horreur, scandale de santé publique, explication toute trouvée à l’augmentation de la prévalence de la maladie d’Alzheimer (les démences sont dues, en partie, à la présence d’aluminium dans le cerveau)… tout s’enchaîne et devient limpide !

On prépare ses petits échantillons chez soi, on trouve des contenants qui supportent le transport, on déniche un labo indépendant. On envoie son petit paquet scellé en recommandé, on se prend pour Erin Brokovitch, on guette fébrilement sa boîte mail. Et là, le verdict tombe :

  • moins de 0,05 mg d’alu par litre dans le prélèvement « café violet » (une dosette d’ « Arpeggio »)
  • 0,08 mg d’alu par litre dans le prélèvement « café doré » (une dosette de « Volluto »)
  • 0,06 mg d’alu par litre dans le prélèvement « café rose » (une dosette de « Rosabaya »)
  • et 0,09 mg (plus précisément 91,75 µg) d’alu par litre d’eau du robinet. (L’OMS estime que sous le seuil de 0,1 à 0,2 mg d’aluminium par litre, l’eau peut être bue sans problème).

Autrement dit : il y a davantage d’aluminium dans l’échantillon d’eau de Paris que dans le café de Vevey.

Tant mieux, me direz-vous, on ne s’empoisonne pas chaque matin. Mais ma carrière de journaliste d’investigation, vous y avez un peu pensé ?

Colette Roos

blogs.rue89.com

No comments yet

Leave a Reply